lien vers mail lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising
Recherche Avancée

Starsweep

Section Test.


StarSweep
30/10/1997
Edité par Axela
________________________
StarSweep
31/01/2001
Edité par A1 Games
________________________
StarSweep
25/09/2000
Edité par Midas Interactive Entertainment
________________________
Console: Sony Playstation
Genre:Puzzle-Game
Développeur: Axela
Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Sony Playstation

Photo de la boite de Starsweep
Starsweep, capture d'écran Starsweep, capture d'écran Starsweep, capture d'écran
Amis des Puzzle Games bonjour. Ici Tanuki en direct des studios d’Oldies Rising, paré pour un nouveau test puzzle. Cela fait quelques temps que je vous présente des jeux de ce genre et mes derniers tests mettaient en avant des titres aux gameplay originaux mais dotés de réalisations moyennes et de contenus trop peu conséquents pour espérer devenir des classiques. Cette fois voici venir le test de Starsweep, jeu ô combien efficace et bien pourvu en modes de jeux !

Scénario

Bon, ne tournons pas autour du pot, le scénario est encore une fois un prétexte. Voyez plutôt : il y a bien longtemps une mystérieuse explosion déchira les étoiles dans le ciel. Celles-ci se dispersèrent en éclats rouges, jaunes et bleus. Des créatures volantes avalèrent ces éclats et permirent au ciel de retrouver sa clarté. Un beau matin, des enfants frappèrent une de ces créatures descendue sur terre et lui firent cracher un de ces morceaux d’étoile. Amusés, ils reproduisirent l’opération jusqu’à s’apercevoir que les fragments mis côte à côte disparaissaient ! L’espièglerie devînt rapidement populaire au point d’en faire un jeu dans lequel s’affrontent les meilleurs en vue de devenir le maître incontesté de la manipulation de fragments d’étoiles. Nous incarnons dans ce titre une jeune demoiselle du nom de Shitora. Son but : devenir la meilleure ! Pour ce faire notre héroïne devra affronter une ribambelle d’autres personnages au travers de duels de puzzle !

Gameplay

Entrons dans le vif du sujet car ce jeu le mérite !

Il faut distinguer dans le genre du Puzzle Game, trois catégories principales pour autant de systèmes de jeu : le système d’élimination par motif, le système d’élimination par regroupement et le système d’élimination par toucher. Le premier fait immanquablement penser à Tetris et le second à Puyo. Le troisième, plus rare est celui qui nous intéresse ici. Le principe est de se faire toucher des éléments du jeu. Ceux-ci sont toujours de forme allongée et contiennent chaque fois un fragment d’étoile. La longueur de ces éléments de jeu est invariablement de trois blocs (un fragment d’étoile occupant un « bloc »). La finalité est de placer correctement chaque bloc lancé par le jeu dans notre espace pour que les étoiles se touchent et fassent disparaître l’élément dans lequel elle se trouve. Évidemment, seules des étoiles enfermées dans des éléments de même couleur engendreront un effacement.
Le gameplay misant une bonne partie de son fun sur la vitesse, il faudra prendre rapidement des décisions pour éviter d’atteindre la zone de danger située au sommet de l’espace de jeu. Cet espace monte d’un niveau toutes les quatre secondes et ce sont quatre secondes qu’il nous reste donc pour faire redescendre notre édifice une fois la zone de danger atteinte. Un chronomètre très stressant (c’est un bon point !) intervient dès lors pour nous prévenir.

Voila pour le système de jeu ! Voyons à présent en quoi Starsweep est un parfait exemple de Puzzle Game original et attractif !

Quiconque a l’habitude du genre sait que les concepts se renouvellent difficilement dans le Puzzle Game. Tout au plus voit-on apparaître quelques différences d’un titre à l’autre comme des « motifs » propres à chaque personnage pour les malus à envoyer ( Tokimeki Memorial Puzzle Dama par exemple) ou bien encore des périodes propices à une élimination massive en un temps limité (Puyo Pop Fever par exemple). Starsweep lui se contente du minimum : des malus et des pièces très simples à connecter horizontalement ou verticalement. Pourtant une grande sensation de finesse émane du gameplay ! En effet, à la manière d’un très conventionnel Puyo, il est possible de prévoir des enchainements. Éliminer des blocs touchant les nuages qui servent de malus ou prévoir la succession des chutes d’éléments qu’on aura disposés permet de faire s’effondrer une partie de la structure que l’on aura soigneusement élaborée. Plus le nombre de connexions se poursuit, plus le compteur de combo augmente et finalement plus on enverra de malus à l’adversaire.

On pourra rétorquer qu’il n’y a rien de nouveau dans tout cela et j’en conviens. Ce qui est nouveau, c’est de devoir forcément se faire toucher des blocs par leur étoile pour qu’ils s’éliminent !
Ainsi, pris dans la panique de la montée de l’espace de jeu vers la zone de danger et gênés par des nuages entravant nos éliminations, il devient difficile d’être performant et suffisamment lucide pour convenablement tourner nos éléments et les exploiter à fond. Pourtant, avec un minimum de maîtrise on parvient à avoir une vision claire d’enchainements parfois spectaculaires et même à contourner les espaces trop restreints pour y poser un bloc. Il devient même très rapidement naturel d’exploiter la montée automatique à notre avantage en plaçant stratégiquement en bas d’écran un bloc qui ne se connectera à un de ses semblables qu’après quatre ou huit secondes ! Ultime subtilité, le joueur commencera après quelques parties à peine à larguer ses pièces sans avoir préalablement disposé son curseur là où il voudrait que la pièce aille ! Le jeu requérant en effet de déplacer et de tourner un curseur symbolisant sa pièce en cours pour la faire chuter !

Réalisation

Je vous le dis tout net : Starsweep est très bon de ce côté-là ! Ce n’est pas tant que la réalisation soit miraculeuse, c’est plutôt qu’elle est nerveuse. Les graphismes sont très mignons et colorés comme bien souvent dans ce genre de jeu mais restent simples et ne cherchent pas à en mettre plein la vue. Là n’est pas le but de toute façon. Chaque duel commence par un petit déplacement sur une carte du monde (vraiment petit !) suivi d’un très court dialogue entre les deux protagonistes. Totalement futiles ces dialogues sont encore une fois dans le ton de ce qui se fait habituellement dans le genre. On les zappera donc dès qu’on les aura lus au moins une fois. Le reste du jeu, tout ce qui est animation, est ce qui fait vraiment honneur au gameplay. Les curseurs se dirigent du bout des doigts, la précision des mouvements est totale et plus que tout, la vitesse qu’on peut atteindre pour déplacer les blocs et les tourner est effarante ! A tel point qu’il est parfois possible de joindre deux blocs dans une réaction en chaîne avant que ces derniers, pourtant suspendus un court laps de temps dans le vide, ne chutent !

Bande son

Très bonne également ! Bon, je n’irai pas jusqu’à dire qu’on retient la musique et qu’on la sifflote à tout bout de champ mais elle convient parfaitement à l’action et reste, comme l’animation, nerveuse. Les bruitages sont du même acabit ! Et puis bon sang, elle met de bonne humeur !

durée de vie

Houla… bonne, très bonne ! Starsweep offre tout ce qu’il faut pour s’amuser un bon moment !
Mode practice, mode un joueur classique, mode un joueur histoire dans lequel neuf personnages devront être défaits, mode deux joueurs et Attack mode. Ce dernier offre en réalité un panel de six « missions » : nombre de liens maximum en une minute, nombre maximum d’éliminations ou de points dans le même laps de temps, nombre de malus supportés avant la défaite, temps requis pour effectuer cinq liaisons consécutives et enfin record de temps pour se débarrasser de tous les malus imposés. Le mode deux joueurs est excellent et rivalise sans peine avec celui de ténors du genre. Les retournements de situations, du fait de la vitesse de jeu, sont légions et jamais dus au hasard ! Les parties peuvent s’enchainer un long moment ! Revenons quelques instants sur le mode un joueur lui aussi excellent ! Ce dernier est une suite de niveaux qui s’enchainent (plus de quarante) dans lesquels il faudra survivre en éliminant les éléments déjà présents, tout en évitant la zone danger, pour atteindre régulièrement un boss et le détruire. Celui-ci dispose d’un capital « santé » qu’il faudra réduire à néant en connectant des blocs à son contact. Chaque niveau accroit la difficulté et la réserve de cœur qui nous est octroyée en début de jeu pour la contrer s’épuise très vite ! Il s’agit là véritablement d’un plus pour quiconque fera l’effort de s’y prêter ! Les différents modes de jeu sont d’autant plus intéressants qu’ils rapportent tous un certain nombre de points étoiles une fois complétés et en fonction des performances qu’on y aura réalisées. Ces points permettent de débloquer quelques bonus prenant la forme de nouveaux personnages jouables ou de petite galerie d’animation par exemple.

Conclusion : 16/20

Starsweep est un excellent jeu et un excellent Puzzle Game ! D’un premier abord « chaotique » il révèle sa substantifique moelle très vite à quiconque fera l’effort d’y jouer sérieusement. Les nombreux modes de jeu, autant de cerises sur le gâteau, accroissent considérablement sa durée de vie et en font un jeu parfait dans tous les domaines, aussi bien dans le versus que dans le jeu solitaire !
NB : la boite du jeu pourra paraître un peu désuète, mais ne reflète en rien la qualité du soft...


Article publié le 25/09/2010 Jeu testé par Tanuki