lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Wonder Planet

Section Test.


Wonder Planet
??/10/1987
Edité par Data East
________________________
Wonder Planet
??/??/1987
Edité par Data East
________________________
Pas de sortie en Europe
________________________
Console: Arcade
Genre:Shoot'em Up
Développeur: Data East
Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Arcade

Photo de la boite de Wonder Planet
Wonder Planet, capture d'écran Wonder Planet, capture d'écran Wonder Planet, capture d'écran
J'adore les jeux mignons, aux graphismes colorés et à l'univers féerique, ce que certains initiés appellent les jeux "kawaii" en somme. Cette façon de concevoir des ambiances a même donné un nom particulier au genre du Shoot'em Up sous l'appellation rare de Cut'em Up ou Kawaii Shooters. C'est de cela qu'il est question aujourd'hui au travers de ce test de Wonder Planet. Il s'agit d'un jeu peu connu, souvent peu apprécié par faute d'investissement suffisant pour en exploiter le système. Remédions donc à "l'inculture" générale et faisons ensemble le tour complet de ce Wonder Planet.

Scénario: non significatif

Que voila un scénario bien travaillé! Nous sommes un pilote, d'élite semblerait-il puisque nous partirons en mission seul, chargé par le roi d'un système planétaire de débarrasser dix planètes des hordes d'envahisseurs qui viennent de s'y installer. Nous pouvons voir dans une très courte introduction que ces hordes appartiennent à un adversaire qu'il faudra vaincre en tout dernier lieu. Bon, quand je parlais de scénario développé, j'étais ironique, vous l'aurez compris. Nous sommes typiquement face au Shoot'em Up qui va droit au but, mais comparé à d'autres, nous avons quand même un "minuscule" prétexte. C'est déjà ça!

Gameplay:15/20

Contrairement au scénario pour lequel j'étais ironique, si je vous dis ici que le gameplay est travaillé, c'est qu'il l'est véritablement. Ce n'est pas non plus une explosion créatrice qui nous submergera mais c'est sincèrement remarquable pour quiconque fera l'effort de dépasser les premières minutes de jeu. Nous serons donc aux commandes d'un vaisseau similaire en armement au Solvalou du fameux Xevious. Il aura donc la possibilité de tirer droit devant lui ce que le jeu appelle des missiles mais qui sont en fait des projectiles classiques, et pourra larguer au sol une bombe. Le largage de bombes est similaire au système de Xevious encore une fois, puisque se déclenchant via un réticule de visée assez énorme et prenant la forme d'une croix de direction comme sur les manettes Super Nintendo par exemple. Tout le jeu repose sur ces deux tirs qui seront absolument nécessaires pour parcourir chacun des mondes proposés mais pas uniquement pour pouvoir détruire les opposants! En réalité les bombes offrent une subtilité de gameplay plus que bienvenue. Si les ennemis au sol libèrent comme leurs homologues aériens des points bonus à ramasser, ils ne sont pas les seuls à pouvoir être détruits! Des espèces de capsules blanches très reconnaissables et des boutiques jalonnent les niveaux. Les capsules éliminées révéleront de temps à autre des lettres de couleurs bleue, jaune, orange ou verte. Les bleues et les oranges étant les plus rares, suivies des vertes. Ces lettres serviront à former des mots, toujours dans l'ordre: extra, money, blast et secro. Une fois un mot complété, un bonus sera donné au joueur. L'extra lui accordera une vie supplémentaire, money augmentera son pécule de points bonus de 10000 unités, Blast permettra de voir apparaître de temps à autre une capsule en forme de sablier dans l'écran et qui fera office de Super Bombe si on parvient à la détruire. Enfin, secro reliera le réticule de visée au vaisseau par un faisceau électrique destructeur qui permettra d'avoir une arme tierce redoutable. Extra et money, vous vous en doutez, ne serviront qu'une fois, et il faudra ensuite repartir à la chasse aux lettres. Secro n'aura quant à lui qu'un effet très très limité dans le temps. Finalement seul Blast durera le temps que le vaisseau survivra mais l'apparition de la Super Bombe est malheureusement très limitée. Il n'en demeure pas moins que cela ajoute du piment aux parties et ce n'est pas terminé!

Je disais qu'on trouvait également des boutiques au sol. Celles-ci sont de quatre types: engine, missile, barrier et bomb. Les deux premières sont récurrentes et disponibles au début de chaque niveau tandis que les autres sont plus rares et doivent être atteintes plus loin. Ces boutiques sont toute fermées d'office et il faudra les bombarder pour les ouvrir et y pénétrer. Une fois à l'intérieur, un choix important d'options s'offrira au joueur. Chaque option a sa particularité et coûte un certain montant de points bonus (ceux-ci n'ayant rien à voir avec le score). Nous pourrons choisir d'avoir des missiles à têtes chercheuses, des missiles à propagation radiale, des boucliers arrières, avants ou nous entourant, tout autant que des bombes plus puissantes ou à largage plus rapide. Là où tout devient vraiment intéressant c'est que nous pouvons acheter plusieurs fois un article et choisir de le mettre en réserve ou l'équiper de suite! Chaque article acquis fait augmenter le prix du prochain achat identique. Ainsi, acheter une augmentation de bombes à 200 points bonus fera passer la prochaine augmentation du même type à 400 points bonus. Il y a enfin une grande différence entre s'équiper de suite ou mettre un item en réserve! Si nous nous en équipons dès l'achat, l'objet sera actif à la sortie de la boutique. Ceci pourra être utile si nous affrontons un boss quelques instants plus tard ou si un passage ardu se profile à l'horizon, mais sera une grande perte dans le reste des cas en particulier en ce qui concerne d'une part les bombes qui seront toutes à usage unique sauf celles à cadence augmentée, et d'autre part les missiles qui feront diminuer une jauge à chaque lancement, jauge représentant le nombre de missiles améliorés disponibles. La plupart du temps il faudra plutôt penser à mettre nos achats en réserve, repérer dans un niveau un bâtiment semblable aux boutiques mais indiqué "Select", y pénétrer et choisir dans notre liste d'articles déjà achetés lequel ou lesquels nous allons adjoindre à notre vaisseau. Enfin, fin du fin, pour avoir vraiment à disposition toutes les clés en main pour progresser dans le jeu, certains ennemis laisseront trainer une option en forme de flèche montante ou descendante. Celles-ci concerneront le réticule de visée qu'il sera ainsi possible de rapprocher ou éloigner du vaisseau. Les écarts maximaux et minimaux ne sont pas extraordinaires mais suffisants pour assurer un confort optimum au joueur et surtout lui permettre de viser les ennemis terrestres très tôt.

Si vous avez prêté attention à la description du gameplay, vous ne pouvez avoir manqué le côté complet de la chose. Il est sans doute un peu déstabilisant au premier abord mais s'avère être très efficace ensuite pour peu qu'on aime gérer un minimum son inventaire et jouer avec un brin de stratégie. D'autant que la durée de vie dépend directement de ces caractéristiques du joueur.

Durée de Vie:15/20

Attention, jeu à double facette! Je trouve Wonder Planet plutôt difficile dans sa configuration de base et j'avoue ne pas avoir essayé d'en changer le niveau de difficulté. De prime abord, de par ses graphismes mignonnets, le jeu semble plutôt accessible mais nous savons que cela ne signifie rien, les Parodius étant un bon exemple du contraire. Nous commençons le jeu avec une vitesse de déplacement très réduite et il faudra très vite entrer dans une boutique de moteurs pour se procurer une machinerie plus puissante. Ce premier aspect du jeu est assez sournois dans la mesure où l'on aura tendance à récupérer le moteur le plus performant que nos points bonus puissent nous offrir. Pourtant, il faudra se rendre compte que ce n'est pas forcément un bon choix, les catégories supérieures faisant du vaisseau un véhicule, certes maniable, mais trop rapide. Il en va de même pour les améliorations de missiles. La tentation de penser que la puissance de feu nous ouvrira toutes les portes nous poussera à nous équiper de ce qui se fait de mieux, jusqu'à ce que nous comprenions que ce n'est que du gaspillage puisque la période d'utilisation est trop restreinte pour jouer dans cet état d'esprit avec les bonus. Nous aurons tôt fait de nous faire éliminer à répétition en débutant l'aventure avec ces deux idées en tête. Il faudra alors prendre un peu sur soi et tenter de "dompter" le gameplay en faisant quelques essais sur ce qui nous conviendra le plus.

Passés ces débuts, nous commencerons doucement à percevoir l'ensemble du système d'upgrade et surtout la façon de cumuler suffisamment de points bonus pour ne jamais être à court de quelque chose d'utile au moment le moins opportun. Petit à petit, le joueur patient fera son chemin dans les différents niveaux et pourra même se procurer quelques vies supplémentaires directement dans la boutique des protections qui en propose d'office pour 5000 points bonus (et la somme augmente considérablement à chaque fois). Bref, le gameplay en lui-même s'appréhende assez vite pour peu qu'on soit un tantinet appliqué. Il va de soi que si on ne s'y attarde pas, le jeu perd de son intérêt et pas seulement parce qu'une partie de son originalité s'envolera mais surtout parce que la difficulté globale ne tolérera pas qu'on joue sans en tenir compte! Le titre est en effet rapidement nerveux et génère des groupes d'ennemis aux mouvements véloces un peu partout, provenant des côtés aussi bien que de l'arrière et lançant à qui mieux-mieux des projectiles pas forcément très évitables malgré une visibilité presque parfaite. En fait, les déplacements ennemis sont étudiés pour être complémentaires des positions au sol et seront de fait particulièrement efficaces concernant votre destruction si vous ne jouez pas le jeu d'une attention et d'une pulvérisation rapide des bâtiments au dessous de vous. Dès le niveau deux, les choses se compliquent pour vous maintenir en haleine sans relâche à partir du stage suivant. J'ai pu lire que l'impression que donnait ce jeu était celle d'avoir surtout prêté attention aux boss. Je ne comprends pas ce point de vue car à mon sens ce sont justement les boss qui manquent de challenge et de soin (en termes de difficulté mais aussi de design). Mais enfin, tous les goûts sont dans la nature et pour ma part je considère Wonder Planet comme un titre difficile, qui demande du temps pour être achevé, sans être insurmontable malgré quelques passages très ardus.

Réalisation:13/20

Wonder Planet est encore une preuve que les jeux post 1984 ont vraiment marqué un renouveau graphique en arcade. Ce titre est beau, aux couleurs pastel et au mecha-design tout aussi mignon que le reste. J'ai un regret concernant les boss qui ne ressemblent pas à grand-chose pour la plupart et affichent un petit manque de charisme à quelques exception près. Côté environnements, nous avons affaire à du classique avec une traversée de planète verdoyante, désertique, à tendance aquatique ou même une escapade dans l'espace. Il faut noter deux efforts des développeurs concernant la réalisation. Le premier est celui qui fait en sorte que nous ne confondions jamais notre vaisseau, au sprite assez gros comme le reste des ennemis, avec nos adversaires. Ce qui montre qu'une bonne utilisation des couleurs permet de produire quelque chose d'assez "flashy" sans gêner la jouabilité. Le second est l'inclusion d'une mini cut-scène entre les niveaux. Il s'agit toujours de la même, avec une trajectoire allant de la planète délivrée à la prochaine qui reste encore sous le joug de l'envahisseur mais ceci ajouté au rapide déplacement du vaisseau en vue à la troisième personne, montre à son tour que malgré un probable manque d'inspiration dû à un univers peu développé, les programmeurs ont souhaité faire un clin d'œil au joueur. J'apprécie toujours ces initiatives discrètes mais qui font toute la différence avec un jeu sans âme. En plus, vu de derrière, on croirait presque voir le vaisseau de Samus Aran entrer en jeu!

Bande son:11/20

Répétitive mais pas désagréable. Il faudra compter une douzaine de minutes de son au total. Les bruitages sont plutôt sympathiques et les largages de bombes ne tapent pas sur les nerfs. A part ça, pas grand-chose à signaler.

Conclusion:13/20

Un titre visuellement plaisant qui sait tirer son épingle du jeu question jouabilité. Il faut faire l'effort de s'y plonger pour en apprécier toutes les qualités mais n'est-ce pas là le B.A BA pour apprécier n'importe quel titre? Dans le domaine des Shoot'em Up, on aura vu passer beaucoup de clones et si celui-ci à quelques parentés avec Xevious, il sait être original et proposer une difficulté assez motivante. Que des bons points!


Article publié le 21/02/2012 Jeu testé par Tanuki