lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
Recherche Avancée

Street Fighter Collection 2

Section Test.


Pas de sortie au Japon
________________________
Street Fighter Collection 2
31/10/1998
Edité par Capcom
________________________
Street Fighter Collection 2
??/??/1998
Edité par Virgin Interactive
________________________
Console: Sony Playstation
Genre:Combat
Développeur: Capcom
Joueurs: 1 à 2
Une exclusivité Sony Playstation
Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Street Fighter Collection 2
Street Fighter Collection 2, capture d'écran Street Fighter Collection 2, capture d'écran Street Fighter Collection 2, capture d'écran
Deux ans après un Street Fighter Collection rendu culte par l’aspect inédit des trois jeux proposés, Capcom nous revient avec une seconde compilation originalement baptisée Street Fighter Collection 2. Paradoxalement, ce nouveau titre va nous faire revenir quelques années en arrière par rapport au premier en proposant au joueur de découvrir les trois premiers épisodes des aventures de Ryu, Ken et consorts.

Scénario (-)

Pour ceux ne connaissant pas la saga, le scénario est basé sur deux amis d’enfance ayant suivi le même entrainement à l’ancestral art martial du Hado. Nos deux compères vont, des années plus tard, partir aux quatre coins du monde dans le but de rencontrer tous les combattants de rue les plus talentueux, et de pouvoir se mesurer à eux. Malheureusement, ils vont avoir affaire au maléfique Mr Bison, chef d’une organisation criminelle du nom de Shadowlaw. La trame n’est bien entendu qu’un prétexte à l’action et ne sera mise en valeur que par quelques dialogues plus que simplistes à la fin de chaque combat, mais l’univers ainsi créé s’avérera très vite d’une grande richesse pour peu que vous vous intéressiez un peu au background (avec notamment des mangas/animes des plus réussis).

Durée de vie (14/20)

Mais je m’égare, revenons en au jeu qui nous intéresse aujourd’hui. Vous allez ainsi, au travers de cette compilation, avoir l’occasion unique de retrouver Street Fighter 2, Street Fighter 2’ CE et Street Fighter 2 Turbo sur un seul et unique CD, ce qui permettra aux nostalgiques de rejouer à ces trois chefs d’œuvre et aux plus jeunes de découvrir le précurseur dans le domaine des jeux de baston. Chacun de ces titres cultes sera en outre agrémenté, en plus des classiques modes Arcade et Versus, d’un mode Training qui vous permettra de parfaire votre technique en affrontant un adversaire virtuel dont vous aurez au préalable paramétré le comportement (de manière très basique cependant). Vous aurez la possibilité de contrôler, selon le jeu choisi, de huit à douze personnages différents et devrez passer du temps sur le jeu si vous vous fixez pour objectif de maitriser chacun d’entre eux parfaitement. Enfin, la rejouabilité du titre sera énorme, tant en solo qu’en mode versus, vous promettant de mémorables parties entre amis. Pourquoi une note si basse dans la durée de vie me direz-vous ? La réponse est simple. Si l’intention d’inclure trois jeux en un est louable, les énormes similitudes entre les trois softs susnommés rendront la navigation entre eux passablement inutile, puisque vous finirez très vite par ne jouer qu’à Street Fighter 2 Turbo. Ainsi, au contraire de SF Collection premier du nom qui permettant de découvrir des épisodes inédits et issus de deux différentes sagas (l’originelle et les épisodes Zero), cette seconde compilation manquera clairement d’intérêt et vous aurez très vite fait le tour de ses possibilités (d’autant plus qu’aucun mode de jeu bonus n’a été rajouté). On appréciera bien la présence du menu Collection vous permettant d’admirer différents bonus dont certains seront à débloquer (images, musiques remixées…) mais cela fait bien léger en termes de nouveautés.

Réalisation (12/20)

Le second point faible viendra sans conteste de la réalisation du soft. En effet, si avoir une telle compilation pourrait être intéressant pour ne pas devoir ressortir vos vieilles cartouches dès qu’il vous prend l’envie de vous faire une partie, vous en reviendrez très vite à cette solution compte tenu des épouvantables temps de chargement entre les combats. Difficile dans ces conditions de ne pas regretter le support cartouche, quasiment exempt de ce genre de mauvaises surprises. De plus, chose aberrante, vous n’aurez pas la possibilité de sélectionner votre vitesse de jeu dans SF2T et SF2CE comme c’était le cas dans les versions sorties respectivement sur Super Nintendo et Megadrive. En effet, la vitesse vous sera octroyée d’office sans possibilité de l’ajuster selon vos désirs. Notons enfin que les quelques ralentissements présents sur les jeux originaux n’ont malheureusement pas été supprimés à l’occasion du passage à l’ère des 32 bits. A côté de cela, difficile de ne pas tomber sous le charme de cette ambiance si particulière créée par Capcom, puisque chacun des trois softs a incontestablement fort bien vieilli. Doté de graphismes époustouflants lors de sa sortie, Street Fighter 2 se distinguait par une multitude de petits détails, comme par exemple les décors destructibles et animés, la variété des décors et le charisme des styles de combat de chacun des personnages disposant de son art martial propre (allant du sumo au mystique Hado, en passant par le Muay Thai et la boxe). Cette compilation vous permettra en outre de suivre l’évolution graphique entre les trois titres, avec la recolorisation des décors et la refonte des sprites et des avatars ayant rendu Street Fighter 2 obsolète après la sortie de l’épisode Turbo. Difficile de se prononcer sur la qualité technique du titre donc. Si dans l’ensemble le résultat est plutôt satisfaisant, il subsiste un gout amer de travail bâclé au fond de la gorge…

Bande son (15/20)

Côté son, on reste dans le classique avec des thèmes identiques aux versions d’origine. Certains blâmeront Capcom de n’avoir pas opéré un léger remixage des compositions, d’autres apprécieront de pouvoir redécouvrir ces thèmes tels qu’ils les connaissaient dans les années 90. Il serait cependant faire preuve de mauvaise foi que de nier le fait que chacune des musiques a terriblement bien vieilli, conservant son identité et son aspect culte au fil des années.

Gameplay (15/20)

Passons maintenant au gameplay, dont le bilan s’avèrera mitigé. D’une part, on appréciera la bonne ergonomie de la manette Playstation permettant d’offrir au joueur une disposition des touches sensiblement identique à celle du pad Super Nintendo. Mais à côté de cela, vous vous apercevrez vite que la croix directionnelle (composée de quatre boutons distincts) de la 32 bits de Sony est bien peu pratique dès lors qu’il s’agit de sortir des quarts de tours. Ainsi, la précision sans faille du gameplay des versions d’origine sera quelque peu ternie par ces quatre boutons de direction (bannissez de votre esprit toute idée consistant à utiliser un pad Dualshock 2, puisque ce dernier aura une croix s’enfonçant beaucoup plus et donc nettement moins réactive). Si l’on omet ce « petit » détail, les contrôles ont su conserver leur efficacité d’origine ayant octroyé au jeu de Capcom son aspect révolutionnaire à l’époque. Vous aurez ainsi droit aux traditionnels six boutons d’action vous permettant de porter des coups de pied/poing à trois niveaux de puissance à votre adversaire. Si les coups puissants infligeront de lourds dégâts à votre adversaire, leur lenteur pourra parfois vous mettre dans une situation inconfortable au contraire des coups légers idéaux pour commencer un combo. Vous aurez également accès à des coups spéciaux divers et variés, que vous pourrez déclencher via une manipulation combinant la croix directionnelle et les boutons d’action. A ce sujet, il sera intéressant de pouvoir suivre l’évolution du gameplay à ce niveau, et l’on se surprendra à chercher les différents ajouts de coups spéciaux entre les trois épisodes présents sur le CD (par exemple le Tetsumaki Senpuu Kyaku aérien apparu dans Street Fighter 2 Turbo). Les habitués de la saga remarqueront également la différenciation croissante entre Ryu et Ken du fil des opus, le premier se spécialisant plus dans les attaques à distance au contraire du second plus porté sur le corps à corps. Bref, un gameplay intéressant malgré les faiblesses de cette adaptation, qui vous permettra de suivre son évolution tout au long des trois jeux présents sur le CD-ROM.

Conclusion (12/20)

Sans être un mauvais jeu en soi, Street Fighter Collection 2 a tout de même bien du mal à soutenir la comparaison avec son prédécesseur. N’offrant que des titres archi-connus, il est en prime doté de défauts assez difficilement pardonnables, tant dans la maniabilité qu’au niveau technique. Il n’en reste pas moins une bonne occasion de découvrir ces trois jeux cultes pour les plus jeunes désireux de connaître ce précurseur dans le domaine des jeux de baston.


Article publié le 06/08/2008 Jeu testé par Manuwaza