lien vers mail lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising
Recherche Avancée

Resident Evil Survivor

Section Test.


BioHazard : Gun Survivor
27/01/2000
Edité par Capcom
________________________
Resident Evil : Survivor
30/08/2000
Edité par Capcom
________________________
Resident Evil : Survivor
31/03/2000
Edité par Capcom
________________________
Console: Sony Playstation
Genre:Tir
Développeur: Capcom
Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Sony Playstation
Vidéo(s) commentée(s): 1
Photo de la boite de Resident Evil Survivor
Resident Evil Survivor, capture d'écran Resident Evil Survivor, capture d'écran Resident Evil Survivor, capture d'écran
On a bien souvent tendance à associer le nom de Resident Evil à deux choses, la première étant la qualité et la seconde le statut de Survival-Horror. Si cette association est le plus souvent judicieuse, difficile toutefois d’échapper à la fameuse exception qui confirme la règle. En effet, ce vilain petit canard estampillé Resident Evil Survivor n’est autre qu’un FPS/Tir et ne se distinguera non pas par sa qualité, mais bien par ses nombreux défauts puisqu’il s’avèrera être le parfait exemple du filon surexploité et commençant à s’épuiser.

Scénario (8/20)

Vous incarnez donc un illustre inconnu se réveillant avec un mal de tête carabiné dans une rue surpeuplée de zombies avec pour seule défense un Glock 9mm. Et pour couronner le tout, vous souffrez d’une amnésie totale puisque vous avez oublié jusqu’à votre nom. Vous allez donc devoir explorer les environs sans relâche à la recherche de survivants et autres documents pour découvrir la raison des événements survenus dans les parages et accessoirement en apprendre plus sur vous-même. Attention toutefois car ce que vous découvrirez pourra vous déplaire. La partie sera ponctuée de quelques cut-scenes réalisées avec le moteur du jeu qui vous permettront de suivre assez aisément l’histoire. Malheureusement, si la trame scénaristique n’est pas dépourvue d’un certain potentiel, ce dernier est gâché par la faible durée de vie qui ne lui laissera pas le temps de se développer correctement.

Durée de vie (5/20)

En effet, si la longévité n’a jamais été un point fort dans la série des Resident Evil, elle atteint ici une rare faiblesse puisque vous en verrez le bout en deux heures sans transpirer. Non content de nous fournir un titre aux ennemis affreusement faciles à abattre, Capcom a jugé bon d’amputer son jeu de toute trace d’énigme, en faisant ainsi un banal jeu d’action mélangeant FPS et jeu de tir. Ainsi, si les casses têtes des autres épisodes obligeaient le joueur à un véritable travail cérébral, les énigmes se résumeront ici à trouver la clé pour ouvrir une porte, clé qui se trouvera à moins de dix mètres de ladite porte. Autant vous dire qu’une soluce, un GPS ou même un cerveau vous seront totalement inutiles pour terminer ce jeu qui deviendra malheureusement assez rapidement très répétitif. En effet, il se résumera à avancer en tirant sur tout ce qui bouge ce qui lassera très vite le joueur moyen réussissant ainsi l’exploit de lui faire abandonner ce jeu avant la fin, autrement dit en moins de 120 minutes chrono.

Réalisation (8/20)

Malheureusement, ce ne seront pas les graphismes qui amélioreront l’idée que vous vous ferez de RES. En effet, si les animations sont assez sympathiques et convaincantes, la modélisation des personnages et des zombies manque cruellement de finesse pour un jeu sorti en 2000, censé à ce titre exploiter au mieux les capacités de la Playstation. Le constat s’avère encore plus flagrant lorsque vous vous approchez d’un élément du décor qui vous abreuvera copieusement de pixels plus gros que votre tête. Les flammes et autres giclements de sang ne seront guère mieux lotis et vous feront hésiter avant d’abattre un adversaire de peur de devoir subir une véritable pluie de pixels rougeoyants. Les décors sont, tout comme dans Dino Crisis premier du nom, intégralement modélisés en 3D temps réel. Cependant, la comparaison s’arrête là puisque la pauvreté des textures baveuses les composant aura un effet réellement répulsif si vous avez le malheur de vous en approcher d’un peu trop près. Mais tous ces défauts seraient parfaitement pardonnables si le plus important était resté intact, j’ai nommé l’ambiance. Ce n’est hélas pas le cas puisque le choix des développeurs pour une vue subjective ôte au titre toute l’atmosphère oppressante créée par de savants jeux de caméras qui avait fait la force des autres épisodes.

Bande son (10/20)

Comble de tout, l’ambiance susnommée ne sera en aucun cas sauvée par la bande son qui, si elle possède des musiques assez réussies, ne parviendra pas à mettre le joueur dans cet état de stress permanent caractéristique de la série. En effet, les thèmes musicaux sont fort mal synchronisés par rapport à l’action et se déclencheront à des moments assez peu appropriés. Les bruitages, moyens, ne parviendront pas à sauver l’atmosphère du titre qui vous fera penser qu’il n’a de Resident Evil que le nom.

Gameplay (11/20)

Enfin, le gameplay apporte lui aussi sa pierre à l’édifice puisque sa qualité est des plus discutables. Vous aurez le choix entre utiliser une manette ou bien le G-Con 45, mais le choix paraissant si évident sera assez difficile à effectuer. En effet, si opter pour le pistolet rendra la jouabilité très agréable lors des phases de tir, elle se transformera en cauchemar dès que vous tenterez de vous déplacer. A l’inverse, le choix de la manette vous permettra de vous déplacer assez aisément à la manière d’un FPS (même si l’absence de la possibilité de straffer sera un gros handicap) mais se révèlera peu judicieux lorsque vous devrez tirer étant donné la ridicule vitesse de mouvement de la mire qui vous énervera au plus haut point dès que vous devrez viser un ennemi rapide (comme un chien par exemple) ou bien vous retourner rapidement pour descendre un zombie situé derrière vous. On aurait également apprécié une touche dédiée au rechargement de l’arme puisque si le passage incessant par le menu peut se justifier dans un Survival-Horror, il perd toute sa légitimité dans un jeu de tir compte tenu du nombre de fois où vous serez amené à changer de chargeur. A côté de cela, on retrouvera de nombreuses idées issues des autres épisodes comme l’association d’objets par exemple mais la mauvaise exploitation des possibilités offertes par les différents périphériques de la Playstation rend malheureusement ce jeu aussi désagréable à jouer qu’à regarder.

Conclusion (8/20)

Malgré une idée de départ intéressante, Resident Evil Survivor ne pourra que décevoir les fans de la série au même titre que les adeptes de jeux de tir. Sa réalisation indigne d’un jeu sorti en 2000 et son gameplay peu intuitif auraient pu être sauvés par l’ambiance caractéristique des RE mais cette dernière est malheureusement absente et ne pourra donc pas octroyer à ce titre un quelconque intérêt. Si dégommer du zombie au flingue vous tente, procurez vous un House of the Dead ou un Resident Evil Dead Aim et oubliez bien vite ce jeu qui ne satisfera que les fans les plus inconditionnels de la saga créée par Shinji Mikami.


Article publié le 05/08/2008 Jeu testé par Manuwaza