lien vers mail lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising
Recherche Avancée

Batman Returns

Section Test.


Pas de sortie au Japon
________________________
Batman Returns
??/??/1993
Edité par Konami
________________________
Batman Returns
??/??/1993
Edité par Konami
________________________
Console: Nintendo Nes
Genre:Beat'em All
Développeur: Konami
Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité Nintendo Nes

Photo de la boite de Batman Returns
Batman Returns, capture d'écran Batman Returns, capture d'écran Batman Returns, capture d'écran
Tout le monde est unanime pour le dire, les deux longs métrages de Tim Burton firent honneur à l’univers de Batman. Au travers de ses œuvres, le cinéaste sut en effet mêler l’univers du comics à ses goûts pour le sombre et le burlesque. Batman premier du nom sortit en 1989, tandis que sa suite Batman : le défi vit le jour en 1992. Elle eut droit à une ribambelle d’adaptations vidéo-ludiques sur les machines du moment en 1992 et 1993, toutes baptisées du titre américain : « Batman Returns ». Comme de coutume à l’époque, chaque support bénéficiait d’un jeu unique (hormis les similitudes entre les versions Game Gear et Master System, Amstrad et PC). Nous allons voir si la version Nes se place dans le haut du panier.

Les rues de Gotham ne sont jamais sûres

Suite à sa victoire sur le Joker, Bruce Wayne alias Batman est devenu un héros reconnu dans la fameuse métropole de Gotham City. Le Bat Signal est prêt à alerter le sauveur masqué en cas de danger imminent sur la ville. Et justement, le jour de l’illumination du sapin de Noël, une étrange troupe de cirque vient mettre le foutoir. Il s'agit là d'une bande de dangereux malfaiteurs sous les ordres du Pingouin, le nouveau super vilain en présence. A cela s’ajoutent les mystérieux agissements d’une certaine Catwoman, dont les projets et les méfaits échappent à la compréhension des autorités. Batman doit remédier au chaos ambiant et sauver Gotham une fois de plus.

Nettoyage de joyeux lurons au Karcher

Batman Returns sur Nes est un Beat them all tout ce qu’il y a de plus classique. Vous progressez le long d’un chemin linéaire, le scrolling se bloque lors d’assauts ennemis, et la suite du niveau se libère une fois tous les adversaires K.O. Vous disposez de trois coups : le coup de poing, le coup de pied sauté et le coup de pied glissé. Les poings sont la seule façon d’enchaîner vos adversaires, le coup en l’air est très utile voire indispensable contre certains ennemis, et le coup glissé fort pratique pour esquiver et frapper rapidement les hommes du Pingouin. Vous pouvez aussi jeter des batarangs, très puissants mais en nombre limité. Le bat-grappin vous permet de toucher les ennemis volants et d’atteindre les endroits en hauteur. Son utilisation demeure néanmoins très scriptée, puisqu'il donne parfois lieu à de courtes phases de plates-formes pas vraiment intéressantes.

Au fil de l'aventure, vous récupérerez des cœurs pour régénérer votre vie ou des batarangs, cachés dans des cadeaux surprises et des bornes incendie, tandis que les « life box » vous octroieront une vie supplémentaire. Tous les 10 000 points au score, votre barre de vie est régénérée; et vous en aurez besoin, car le jeu est assez difficile. Le premier niveau est simple, le second déjà un peu plus corsé, à partir du troisième soyez assurés d’en baver! Heureusement, le jeu dispose d’un système de mots de passe, vous obligeant certes à recommencer un niveau depuis le début, mais sa présence est plus que bienvenue. Le jeu est bien fun malgré les maniements rigides de l’époque, et la difficulté de savoir si un adversaire se trouve toujours à portée de coups. Batman est réactif, les animations sont bien travaillées et les ennemis vous obligent à varier vos tactiques.

Une patte artistique délurée

L’antagonisme entre Batman et le Pingouin s’exprime à travers les mêmes codes qui l’opposèrent au Joker : l’opposition entre la sobriété de Bruce Wayne et le noir de son costume, et le grand guignolesque méchant tout en couleurs. Aussi, le chara-design du jeu respecte le monde à la fois baroque et clownesque du film, mêlé de cet aspect sombre et glauque dû aux agissements du super vilain et de sa bande.

Vos adversaires sont donc des acrobates, des échassiers, des hommes déguisés en diables et des clowns. Hélas, passé le troisième niveau, il n’y a presque plus de nouvelles skins. Les développeurs usent de la bonne vielle méthode de remplissage des Beat them all 2D : changer la couleur des ennemis pour signifier leur montée en puissance, quoique dans Batman Returns, cela signifie simplement une jauge de vie plus conséquente. Le jeu tente de varier le gameplay avec une phase sur un toit glissant ou sur de la glace, tandis que les rares phases de plates-formes évoquées ci-dessus n’apportent rien de consistant. La conduite de la célèbre batmobile au cours d'une phase de shoot'em up est très courte, sans aucun challenge bien qu’assez souple à diriger, au même titre que le batboat que vous serez amené à diriger au cours d'un stage offrant une impression de vitesse plus que convaincante.

Le jeu subit donc la tare inhérente au Beat them all -la répétitivité-, en enchainant les vagues d’ennemis, avec peu de renouvellement au fil de la partie. Si le maniement fluide et le background fidèle au film sauront attirer les fans, l’ensemble manque tout de même d’ambition.

Une longue nuit de tatanes

Vous allez parcourir six niveaux, divisés en deux ou trois stages, dont l’un correspond à un boss. C’est juste ce qu’il faut, sans crier au scandale ni casser des briques. Les musiques sont assez entraînantes, même si une ou deux compositions de plus n’auraient pas été de trop dans l'optique d'offrir une bonne variété à la bande son du soft. Avec des sons et bruitages plutôt bien travaillés, des cuts scenes assez nombreuses, et même des dialogues au cours du niveau, on demeure constamment dans l’ambiance, non seulement du jeu, mais aussi de l'univers si particulier de Tim Burton. Les graphismes sont cependant plutôt en retrait, particulièrement en 1993. Rappelons qu'à cette époque, la NES était en fin de vie et peinait à soutenir la comparaison avec les monstres de puissance qu'étaient sa petite sœur la Super Nintendo, et dans une moindre mesure la Megadrive. Les pixels manquent de finition, tant au niveau des décors que des ennemis, dénotant un flagrant manque d’efforts de la part de Konami sur ce point.

Conclusion : 14/20

Batman Returns sur Nes remplit honnêtement son cahier des charges. Comme souvent dans les adaptations en jeu vidéo, l’univers est fort bien respecté, et nous avons ici droit en prime à une maniabilité aux petits oignons. On pourra cependant regretter que la difficulté stagne à partir du quatrième niveau, malgré un challenge coriace. L’ensemble laisse un bon souvenir, mais périssable : le jeu n’a vraisemblablement pas été développé pour bousculer les mœurs ni révolutionner quoi que ce soit. Mais rendons à César ce qui est à César, Batman Returns demeure à ce jour l’une des meilleurs adaptations du film éponyme. Loin d’être un Beat them all de référence tel que Batman & Robin sur Megadrive, le soft s'impose comme un bon petit casse-croute dont vous ne regretterez pas l’achat à petit prix.


Article publié le 12/01/2012 Jeu testé par AndréFontaine